STRATÉGIE NATIONALE DE RECHERCHE POUR L’ÉNERGIE - SNRE

 
La SNRE entend identifier les priorités de recherche susceptibles de favoriser la transition énergétique, sous contrainte de compétitivité nationale. Privés comme publics, ses membres proposent aux pouvoirs publics leur vision des priorités pour éclairer les programmations de recherche et les moyens à y consacrer.
 
Contact : Clarisse ANGELIER, angelier@anrt.asso.fr
 

GROUPE DE TRAVAIL 2020 - STOCKAGE D'ÉNERGIE ET MOYENS DE FLEXIBILITÉ

En 2020 les membres de l’ANRT  analyseront les moyens de flexibilité dont notamment le stockage d’énergie.  Avec l’augmentation du taux de pénétration des EnR variables, le réseau électrique devra demain s’appuyer sur une offre de flexibilité plus importante. Comment gérer les pointes de consommation, accompagner la variabilité des ENR, équilibrer offre et demande au plus proche du temps réel, en intégrant les dimensions géographiques et temporelles.
 
Avec un pas de temps allant de la seconde au mois, l’enjeu est de développer des mécanismes de flexibilité tant au niveau de la production que de la consommation  mais aussi de valoriser les interactions entre les différents vecteurs énergétiques où les modèles économiques restent encore à définir.
 
Les travaux 2018, ont précisé les trois premières voies de flexibilité : 
•       La modulation des sources de production ;
•       Les capacités d’effacement de la consommation, qu’elles soient industrielles, tertiaires ou résidentielles, dont celles induites par une modification des usages. Elles constituent des solutions de flexibilité, tirées notamment par les besoins de capacité de pointe ;
•       Le stockage/déstockage.
 
Les travaux du groupe, auquel participent des représentants des pouvoirs publics, viseront à préciser les enjeux en matière de R/D et d’innovation en intégrant notamment l’impact des nouveaux développements du numérique.
 

PUBLICATION 2019

Parution du rapport de synthèse pour une contribution à la stratégie nationale de la recherche sur l'énergie
Septembre 2019

Face aux transformations profondes subies par le système énergétique mondial (lutte contre le réchauffement climatique, introduction du numérique, nouveaux modes de vie, émergence du fait local et du rôle du citoyen, arrivée de nouveaux acteurs internationaux sur les marchés, développement en masse des énergies renouvelables dû à la législation et la baisse de leur coût…), les décideurs ont besoin d’outils afin d’orienter la politique énergétique française vers une trajectoire bas carbone, notamment pour la prochaine PPE prévue d’ici 2023. Les modélisations prospectives des réseaux électriques s’insèrent ainsi pleinement dans cette ambition d’éclairage de l’avenir énergétique du pays. Cependant, la diversité des attentes des différents acteurs impliqués, la pluralité des méthodologies de modélisations utilisées, et parfois l’opacité quant aux hypothèses prises en compte par les modélisateurs rendent les exercices de prospective complexes à appréhender, et peuvent susciter une certaine méfiance.
 
Les réflexions et travaux menés par le groupe préconisent les recommandations suivantes afin que les modèles puissent créer de la valeur pour tous leurs utilisateurs :
• Une plus grande transparence ainsi qu’une rationalisation des hypothèses utilisées  dans les modèles (consécutive à un effort préliminaire de mise en commun et de confrontation des données non concurrentielles utilisées par les acteurs) ;
• L’intégration de dimensions systémiques qui sont négligées dans certains modèles (notamment les dimensions  macroéconomique, multi-vecteur et multisectorielle, climatique, et SHS) ;
• Mécanismes de partage et de mise en commun des travaux des modélisateurs à une échelle européenne, qui pourraient  débuter en France à l’initiative d’acteurs publics, dans le cadre de leur mission de service public.
 

 

PUBLICATION 2018

Parution du Rapport d’appui à la stratégie nationale de la recherche sur l’énergie (SNRE)
Juin 2018

Télécharger le rapport

Ce rapport met en évidence  six priorités et alertes : la stabilité et le pilotage du réseau, l’électronique de puissance, le stockage et les moyens de flexibilité, l'utilisation des données, la cybersécurité, les modèles économiques. Elles ont été établies par notre groupe de travail dédié à la Stratégie nationale de recherche énergétique (SNRE). Ce groupe a réuni les principales entreprises, l’alliance Ancre et les laboratoires publics les plus concernés. Le thème était l’équilibrage et le contrôle des réseaux électriques, dont la résilience devient une préoccupation majeure avec la montée en puissance des énergies éoliennes et photovoltaïques et la décentralisation de la production d’électricité.
Pour l'avenir, nous recommandons de conjuguer les approches multi-échelles (global/local), multi-temporel (court, moyen et long terme), multi-énergies (électricité, gaz, chaleur), multi-technologies (électronique de puissance, stockage…), multi-disciplines (sciences et technologie, économie, SHS). 

Cet ensemble complexe aura besoin d'une vue systémique. Le groupe FutuRIS-ANRT poursuit ses travaux pour voir, en appui de l'action des pouvoirs publics, quelles modélisations convenablement hiérarchisées permettront d’éclairer, avec la précision requise, l’enchaînement des actions de recherche et de leurs suites économiques et sociétales. 

 

PUBLICATION 2017

Parution du Rapport d’appui à la stratégie nationale de la recherche sur l’énergie (SNRE)
Janvier 2020