Contribution à la stratégie nationale de la recherche sur l'énergie (SNRE)
septembre 2019
 
Face aux transformations profondes subies par le système énergétique mondial (lutte contre le réchauffement climatique, introduction du numérique, nouveaux modes de vie, émergence du fait local et du rôle du citoyen, arrivée de nouveaux acteurs internationaux sur les marchés, développement en masse des énergies renouvelables dû à la législation et la baisse de leur coût…), les décideurs ont besoin d’outils afin d’orienter la politique énergétique française vers une trajectoire bas carbone, notamment pour la prochaine PPE prévue d’ici 2023. Les modélisations prospectives des réseaux électriques s’insèrent ainsi pleinement dans cette ambition d’éclairage de l’avenir énergétique du pays. Cependant, la diversité des attentes des différents acteurs impliqués, la pluralité des méthodologies de modélisations utilisées, et parfois l’opacité quant aux hypothèses prises en compte par les modélisateurs rendent les exercices de prospective complexes à appréhender, et peuvent susciter une certaine méfiance.
Les réflexions et travaux menés par le groupe préconisent les recommandations suivantes afin que les modèles puissent créer de la valeur pour tous leurs utilisateurs :
Une plus grande transparence ainsi qu’une rationalisation des hypothèses utilisées  dans les modèles (consécutive à un effort préliminaire de mise en commun et de confrontation des données non concurrentielles utilisées par les acteurs) ;
L’intégration de dimensions systémiques qui sont négligées dans certains modèles (notamment les dimensions  macroéconomique, multi-vecteur et multisectorielle, climatique, et SHS) ;
Mécanismes de partage et de mise en commun des travaux des modélisateurs à une échelle européenne, qui pourraient  débuter en France à l’initiative d’acteurs publics, dans le cadre de leur mission de service public.
 
 
Recherche partenariale, stratégies partagées et développement des écosystèmes d'innovation
Regards sur trois écosystèmes de recherche partenariale
mars 2019
 
La force d’un pays en matière de recherche et d’innovation dépend beaucoup de celle de ses principaux écosystèmes locaux. Innover ensemble et se développer par la recherche partenariale :  tel est l’objectif que se fixent entreprises, universités et écoles, organismes publics de recherche qui collaborent au sein d’écosystèmes territoriaux de plus en plus structurés, fluides et dynamiques. 
Le groupe de travail « Prospective du SFRI » de l’ANRT présidé par Dominique Vernay (Académie des Technologies) et Denis Randet (ANRT) a exploré trois écosystèmes en 2018 : Paris-Saclay (numérique et ses applications dans les domaines de la mobilité, de la santé etc.) ; Rennes/Bretagne (numérique, télécommunications, multimedia) ; Nantes/Pays de la Loire (technologies avancées de production). 
Un premier constat est celui du rôle primordial de l’entente locale entre les professionnels de terrain qui ont inspiré les initiatives politiques et qui savent leur donner une forme efficace.
Second constat : le besoin de visions stratégiques concertées entre l’Etat et les Régions, appuyés sur les réseaux d’acteurs (pôles, filières…). Il en va aussi de la lisibilité de nos écosystèmes à l’échelle européenne et internationale. 
Autres enjeux-clés traités dans ce Cahier : la place des PME dans les écosystèmes et les relations inter-entreprises ; la double question de la préparation de l’amont et de la montée en TR ; la formation, la mobilité mais aussi une certaine stabilité des compétences variées. Enfin, le Cahier rappelle que la création de valeur, objectif majeur de la recherche partenariale, repose sur une vision globale incluant des dimensions scientifiques, économiques et sociales. 
 
Les travaux sont présentés dans un rapport complet et dans une synthèse. Le rapport complet comprend, outre la synthèse et les trois études de cas,  le compte-rendu du séminaire organisé au MESRI le 19 novembre 2018, avec une allocution d’ouverture de M. Baptiste, directeur de cabinet de Mme la Ministre Frédérique Vidal.
 
 
Parution du Rapport d’appui à la stratégie nationale de la recherche sur l’énergie (SNRE)
Juin 2018
 
Ce rapport met en évidence  six priorités et alertes : la stabilité et le pilotage du réseau, l’électronique de puissance, le stockage et les moyens de flexibilité, l'utilisation des données, la cybersécurité, les modèles économiques. Elles ont été établies par notre groupe de travail dédié à la Stratégie nationale de recherche énergétique (SNRE). Ce groupe a réuni les principales entreprises, l’alliance Ancre et les laboratoires publics les plus concernés. Le thème était l’équilibrage et le contrôle des réseaux électriques, dont la résilience devient une préoccupation majeure avec la montée en puissance des énergies éoliennes et photovoltaïques et la décentralisation de la production d’électricité.
Pour l'avenir, nous recommandons de conjuguer les approches multi-échelles (global/local), multi-temporel (court, moyen et long terme), multi-énergies (électricité, gaz, chaleur), multi-technologies (électronique de puissance, stockage…), multi-disciplines (sciences et technologie, économie, SHS). 
Cet ensemble complexe aura besoin d'une vue systémique. Le groupe FutuRIS-ANRT poursuit ses travaux pour voir, en appui de l'action des pouvoirs publics, quelles modélisations convenablement hiérarchisées permettront d’éclairer, avec la précision requise, l’enchaînement des actions de recherche et de leurs suites économiques et sociétales. 
 
 
Parution du livre blanc  FutuRIS « Pour une politique industrielle du numérique »
Mars 2018
 
A partir d'une analyse des tendances structurelles qui bouleversent les infrastructures numériques, un scénario de transformation de la société est proposé qui favorise l'exploration de ses conséquences majeures. En point d'orgue à cette réflexion pratique, les auteurs suggèrent finalement dix lignes d'actions pour l'avenir.
 
 
Parution du cahier FutuRIS Série « Révolution numérique » Conséquences sur les acteurs du système français de recherche et d'innovation
Mai 2017
 
Et si la transformation de l'industrie mondiale de ces dernières années recelait, en profondeur, une véritable révolution ? L'avènement de l'économie de la connaissance, via son expression ultime :l'économie numérique. Quels en sont au fond les ressorts ? Et comment opère-t-elle en France ? 
 
 
Parution du cahier FutuRIS « Grandes entreprises et start-up - Quels facteurs-clés de succès pour des relations bénéfiques ? »
Février 2017
 
Depuis quelques années, les grandes entreprises multiplient les initiatives pour se rapprocher des start-up. Si elles sont menées à bien, les synergies peuvent être fortes, profitables à tous et bénéfiques pour le pays. Mais le succès est loin d'être garanti. En cause : les difficultés pour se comprendre. Pour y remédier, un effort d'ajustement doit être consenti des deux côtés. Mais l'impulsion ne peut venir que des grands groupes. FutuRIS a défini quatre lignes de conduite à leur intention dans son Cahier intitulé « Grandes entreprises et start-up. Quels facteurs-clés de succès pour des relations bénéfiques ? ». 
 
 
 
Parution de la note Comment « naissent » les sites spécialisés au sein d'un territoire ? Mobilisation des énergies et articulation des ressources dans trois sites spécialisés.
Septembre 2016
 
FutuRIS s'est intéressée en 2015 à la mise en oeuvre de trois écosystèmes spécialisés : la bioéconomie en Champagne-Ardenne, les microtechniques en Franche-Comté, les technologies avancées de production dans les Pays de la Loire...
 
 
 
Parution du rapport Regards croisés sur la recherche partenariale : Comment se construisent les relations entre les établissements publics de recherche et les entreprises ?
Juin 2016
 
La question du partenariat n'a jamais été aussi actuelle pour les établissements publics de recherche et les entreprises, qui doivent relever des nouveaux défis. Alors que les dispositifs de valorisation se multiplient en France, le partenariat demeure encore insuffisant. Six pistes d'amélioration susceptibles d'aider les acteurs à collaborer plus efficacement sont suggérées par FutuRIS dans un rapport intitulé « Regards croisés sur la recherche partenariale. Comment se construisent les relations entre les établissements publics de recherche et les entreprises ? ». 
 
 
 
Parution du Livre Blanc des Open Labs : Quelles pratiques ? Quels changements en France ?
Mars 2016
 
Après une année de travail et d'échanges, nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du Livre blanc des Open Labs : Quelles pratiques ? Quels changements en France ?
Porté par la plateforme FutuRIS de l'Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) et la chaire newPIC de Paris School of Business, ce Livre blanc des Open Labs est le fruit d'une réflexion croisée entre monde de l'entreprise et monde de la recherche. 
 
 

Ouvrage annuel FutuRIS

 
FutuRIS 2016 - La Recherche et l'Innovation en France
Mars 2016
 

En librairie depuis le 9 mars 2016, et en E-book sur le site des éditions Odile Jacob.
L’opus 2016 de l’ouvrage FutuRIS décrit un système français de recherche et d’innovation qui navigue « en eaux calmes et troubles », selon le titre de son premier chapitre : coexistent sous une surface assez opaque « conservatisme bureaucratique et actions multiples porteuses d’avenir ». Le FutuRIS 2016 s’attache donc à décrypter les réalités et les tendances à l’œuvre dans ce système perçu par les acteurs comme plus complexe que jamais, afin d’apprécier la portée des efforts publics et privés qui se poursuivent pour renforcer la capacité de recherche et d’innovation du pays.

 

FutuRIS 2014-2015 - La Recherche et l'Innovation en France
Février 2015
 

L’ouvrage annuel FutuRIS 2014-2015 – La Recherche et l'Innovation en France sous la direction de J. Lesourne et D. Randet, aux éditions Odile Jacob, est disponible en librairie depuis le 25 février 2015. 
Comment ouvrir de nouvelles perspectives à tous ceux qui, aujourd'hui, cherchent, créent, se forment, innovent, investissent, bref construisent la France de demain ? Gouvernants et citoyens en sont bien conscients, formation, recherche et innovation sont de précieuses sources de développement économique et social. Des réformes majeures sont conduites depuis une dizaine d'années pour moderniser et dynamiser le système français d'enseignement supérieur, de recherche et d'innovation. Est-on sur la bonne voie, et sur le bon rythme ? 

 
 
 
 
 
 
 

 

Imprimer