Compte-rendu du petit déjeuner avec Stewart Cole directeur général de l’Institut Pasteur, le 22.09

 

 

 

La puissance scientifique de l’Institut Pasteur au service de la santé humaine

 
Dans les pas de son illustre fondateur, l’Institut Pasteur, dont les recherches scientifiques sont mondialement réputées, dispose d’un centre d’enseignement et met l’accent sur le transfert technologique. 
Le plan stratégique 2019-2023 présenté par Stewart Cole a pour ambition de dynamiser la recherche fondamentale et le potentiel d’applications. Les financements internes (Emergence, Maturation...) comme externes (ANR, Europe, Horizon 2020...) sont le moteur de cette stratégie.  Actuellement les ressources issues des licences de brevet diminuent car des blockbusters – diagnostic du Sida ou de l’Hépatite B – tombent dans le domaine public. Les licences de marques, les MTA (Material Transfer Agreement), les BSA (bons de souscription d’actions) et les collaborations avec le privé se développent. Validation ultime des recherches, le soutien aux spin-off est au cœur de la stratégie actuelle. Il faut cinq ans pour mettre en place une start-up, 30 ont été créées depuis 1997, 20 existent toujours à ce jour dont 6 sont cotées en bourse.
Une des priorités de Stewart Cole pour mettre en œuvre l’ambition scientifiques est d’accélérer l’innovation partenariale dans le cadre de projets : contrats de RD, partenariats industriels ou prestations.  Des aides sont apportées pour développer des inventions réalisées dans le réseau 30 Instituts Pasteur répartis dans 25 pays.
La pandémie du Covid 19 a mobilisé près de 350 scientifiques dans 56 équipes. Une Task Force a été mise en place pour coordonner les activités scientifiques et les services supports (financement, ressources technologiques). L’Institut Pasteur a mobilisé des financements au travers d’appels à projets et a bénéficié de la générosité publique. Il a apporté son concours aux instances publiques comme le Conseil scientifique et le comité Care. Pour accélérer le transfert technologique, 400 contrats ont été signés, 50 industriels ont évalué les projets, 5 licences ont été attribuées et 7 projets de vaccin soutenus (1 vaccin Covid est actuellement en essai clinique). 
Une épidémie de grande envergure était envisagée, il y avait déjà eu quelques alertes (SARS 2003). La pandémie Covid appelle à repenser le système d’alerte et de veille et à travailler à cet effet avec des experts industriels (groupes de compétences, partenariats, chercheurs de l’industrie dans les laboratoires de l’Institut Pasteur…). D’après Stewart Cole, les cycles politiques trop courts sont un frein à la mise en place d’un tel système à moyen et long terme.
 

 

 

 

 

.